Les Névroses de l’Âme

Les névroses, ces maladies nerveuses, sont le prix que nous devons payer pour nos vies modernes, conditionnées par le stress et l’angoisse. Ces névroses se doivent d’être sublimées sur une base régulière, sinon la pression accumulée peut se muter en psychose.

Mais qu’est-ce donc que la sublimation des névroses? C’est simplement l’élimination du stress amassé en nous. Chacun trouve sa façon de relaxer: pour certains, il s’agit du yoga et de la méditation, pour d’autres, du sport, du sexe, de la course à pieds, de la drogue.

Il arrive parfois que le rythme incessant de notre routine nous empêche de prendre ce petit moment pour souffler, ce qui entraîne encore plus de stress, de mal de dos, de dépression. Le cycle peut ainsi durer pendant des années.

Je m’intéresse à tout ça, car je suis parmi les personnes les plus névrosées que je connaisse. J’aimerais parvenir à me soigner, à débloquer mes chakras.

Dans le monde d’aujourd’hui, les parents travaillent souvent trop, plutôt que de donner l’amour et le temps nécessaire au bon développement des enfants. Ce manque d’amour est par la suite intégré par l’enfant, qui se retourne sur lui-même. Et comme les plantes qui survivent à moitié sans eau et sans soleil, les enfants sans amour poussent tout croche, avec des comportements reliés à l’autisme et à la schizophrénie.

Il est dit à propos des gens schizophrènes et autistes, qu’ils sont souvent extrêmement performants en arts, en affaires, etc. Ceci serait dû au fait qu’ils recherchent constamment l’amour dans les yeux de leurs parents, puis l’approbation de la tribu, lorsque cet amour ne peut être trouvé au sein de la cellule familiale.

Parfois, des générations névrosés peuvent se succéder, car un père ou une mère n’ayant pas reçu d’affection risque de répéter le même scénario, inculquant à ses enfants des valeurs telles que l’individualisme et le matérialisme, plutôt que l’amour et la famille.

Voilà la perfection du yin et yang, et de son dessein cosmique: le monde a besoin de ces âmes torturées, et comme il est difficile d’imaginer un cerveau composé d’un seul hémisphère, il est d’autant compliqué d’imaginer une société composé exclusivement de gens de gauche ou de droite.

Vivants aujourd’hui sous le règne du néolibéralisme, et de sa loi du dollar, il peut s’avérer ardu pour les artistes cherchant leur salut à travers leurs oeuvres. Car comment concilier un art viscéral, ce miroir de la vie, avec sa finalité en tant que produit de consommation: d’être validé selon sa viabilité commerciale.

Combien d’artistes névrosés (ou scientifiques, sportifs, ou entrepreneurs) ont souhaités voir l’approbation dans les yeux du géniteur? Je crois au final que cette mécanique cosmique est ce qui régule nos rapports avec les forces composantes de notre univers: la compétition, la survie, le dépassement de soi.

Serait-ce possible qu’il soit inscrit dans notre code génétique qu’un fils doit être en compétition avec son père pour plaire à sa mère, et idem pour une fille avec sa mère, pour l’amour de son père? Les voies célestes sont impénétrables, et ce rapport de forces doubles est extrêmement fascinant: soleil/trou noir, homme/femme, jour/nuit, père/mère, jeune/vieux, positif/négatif, chaud/froid, inhalation/expiration, haut/bas, devant/derrière, fort/doux, etc.

Quel est donc la finalité, la motivation de cette électricité venant des profondeurs de l’espace? Elle qui anime notre système nerveux, pour le motiver à se dépasser, à survivre.

Quel code mystérieux peut bien être inscrit dans notre ADN? Cette connection avec nos parents et nos enfants, la naissance et la mort.

Serait-ce possible que l’univers ait gravé la programmation suivante dans notre code génétique? Que nos relations avec nos parents se doivent d’être tumultueuses, afin de nous pousser à grandir, pour réaliser les deux impératifs biologiques auxquels toute forme de vie est soumise, c’est-à-dire la survie et la reproduction.

Pour finir, je crois que si la nature est cruelle, elle est aussi bien faite. Parents et enfants obéissent tous à un ordre divin, la question est de savoir quel est le but de la vie. Est-ce que l’univers est régit par un architecte céleste? À voir les dimensions de l’univers, il ne fait aucun doute que la vie existe ailleurs dans le cosmos. En croire autrement serait aussi présomptueux que de croire que le soleil tourne autour de la terre.

Alors je crois que ce deuxième confinement est le moment idéal pour CONNECTER avec les choses essentielles pour notre bien-être et notre survie: l’amour, la passion, la bonté, la patience, le respect.

En vieillissant, je réalise que mieux vaut répudier les sept péchés capitaux, et de plutôt célébrer les sept vertus par notre excellence morale.

Mieux vaut semer les efforts et récolter le bonheur, plutôt que de vivre comme des dégénérés, à la recherche constante de plaisirs fuyants, se dissipant toujours plus à mesure qu’on les consomme.

L’orgueil
L’avarice
La luxure
L’envie
La gourmandise
La colère
La paresse

La foi
L’espérance
La charité
La justice
La prudence
La tempérance
Le courage

Prenez soin de vous, de vos parents, et de vos enfants. ❤️

“The development of virtue has a historical association as a alchemical process, wherein the internal virtues that we associate with the mind are integratively understood as the minerals that give us also the healthy biological structure of our bodies and externally the planet as a whole.” -Wikipedia

Parc du Mont-Royal. Automne 2019

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s