Thinking the Unthinkable, by Tim Jackson

Prosperity Without Grown, Economics for a Finite Planet (2009)

Every society clings to a myth by which it lives. Ours is the myth of economic growth. For the last five decades the pursuit of growth has been the single most important policy goal across the world. The global economy is almost five times the size it was half a century ago. If it continues to grow at the same rate, the economy will be 80 times that size by the year 2100.

This extraordinary ramping up of global economic activity has no historical precedent. It’s totally at odds with our scientific knowledge of the finite resource base and the fragile ecology we depend on for survival. And it has already been accompanied by the degradation of an estimated 60% of the world’s ecosystems.

For the most part, we avoid the stark reality of these numbers. The default assumption is that – financial crises aside – growth will continue indefinitely. Not just for the poorest countries where a better quality of life is undeniably needed, but even for the richest nations where the cornucopia of material wealth adds little to happiness and is beginning to threaten the foundations of our well-being.

The reasons for this collective blindness are easy enough to find. The modern economy is structurally reliant on economic growth for its stability. When growth falters – as it has done recently – politicians panic. Businesses struggle to survive. People lose their jobs and sometimes their homes. A spiral of recession looms. Questioning growth is deemed to be the act of lunatics, idealists and revolutionaries.

But question it we must. The myth of growth has failed us. It has failed the two billion people who still live on less than $2 a day. It has failed the fragile ecological systems we depend on for survival. It has failed spectacularly, in its own terms, to provide economic stability and secure people’s livelihoods.

Today we find ourselves faced with the imminent end of the era of cheap oil; the prospect (beyond the recent bubble) of steadily rising commodity prices; the degradation of forests, lakes and soils; conflicts over land use, water quality and fishing rights; and the momentous challenge of stabilizing concentrations of carbon in the global atmosphere. And we face these tasks with an economy that is fundamentally broken, in desperate need of renewal.

In these circumstances, a return to business as usual is not an option. Prosperity for the few founded on ecological destruction and persistent social injustice is no foundation for a civilized society. Economic recovery is vital. Protecting people’s jobs – and creating new ones – is absolutely essential. But we also stand in urgent need of a renewed sense of shared prosperity. A commitment to fairness and flourishing in a finite world.

Delivering these goals may seem an unfamiliar or even incongruous task for policy in the modern age. The role of government has been framed so narrowly by material aims and hollowed out by a misguided vision of unbounded consumer freedoms. The concept of governance itself stands in urgent need of renewal.

But the current economic crisis presents us with a unique opportunity to invest in change. To sweep away the short-term thinking that has plagued society for decades. To replace it with policy capable of addressing the enormous challenge of delivering a lasting prosperity.

For at the end of the day, prosperity goes beyond material pleasures. It transcends material concerns. It resides in the quality of our lives and in the health and happiness of our families. It is present in the strength of our relationships and our trust in the community. It is evidenced by our satisfaction at work and our sense of shared meaning and purpose. It hangs on our potential to participate fully in the life of society.

Prosperity consists in our ability to flourish as human beings – within the ecological limits of a finite planet. The challenge for our society is to create the conditions under which this is possible. It is the most urgent task of our times.

Coucher de soleil. Tuen Mun, 2014

Carte de l’Esprit

Je suis tombé sur ce plan de match datant d’environ 2013 en faisant du rangement cette semaine. C’est marrant de revoir ceci, ça me fait réaliser à quel point je n’ai pas tant changé ces dernières années! J’aime toujours faire les même choses: vélo, photo, lecture, jardinage.

Pour le futur, voici comment j’aimerais mieux vivre ma vie: moins de nourriture commerciale et enrichie, moins d’écrans et de gadgets. Plus d’activité physique à l’extérieur, boire beaucoup d’eau et manger principalement fruits et légumes. Moins de gratification instantanée, plus de vision à long terme.

J’étais déprimé il y a environ 1 an car mon mode de vie n’était pas sain et je ne me sentais pas bien dans ma peau. Trop de restaurants et de malbouffe, de journées passées devant un écran, de stress pour vouloir toujours plus..

J’ai commencé à lire sur le bouddhisme et le bonheur, pourquoi je ressentais ce besoin de désirer plus et encore plus. Je suis tombé sur un livre parlant de la neurologie derrière le bonheur et les différentes molécules qui nous rendent plus heureux, ça m’a permis de mieux comprendre ce qu’il me fallait pour être satisfait de ma vie. (https://www.psychologytoday.com/…/the-neurochemicals…)

Quand j’étais plus jeune je rêvais d’être riche et de pouvoir faire ce que je voulais de mes journées. Je voulais vivre ma vie comme les Red Hot Chili Peppers. Pendant ces dernières années j’ai souvent dit qu’il y avait un combat dans ma tête entre une rock star et un moine, un qui voulait vivre comme s’il n’y avait pas de lendemain, l’autre qui cherchait à se maitriser davantage, et aussi qui commençais à en avoir marre de se lever la tête dans le cul, honteux des excès de la veille.

Finalement le temps a passé et le moine a pris le dessus. À 33 ans, je suis prêt à commencer un nouveau chapitre de ma vie: dans la prochaine année, mon amour Kim et moi allons chercher à se bâtir une famille à l’extérieur de la ville, quelque part entre St-Jean-sur-Richelieu et St-Hyacinthe.

Moi qui ne pensais jamais vouloir quitter la ville, maintenant j’ai hâte d’habiter un endroit paisible avec des arbres partout, des belles pistes cyclables, des petits marchés de fruits et légumes sur le chemin.

J’espère retrouver cette note dans un autre 7 ans, lorsque j’aurais 40 ans et j’espère plein d’enfants qui courent partout dans notre maison remplie de plantes et de bonheur.

Carte de l’Esprit

SOMA – Opium of the People

Ce qu’on devrait nous apprendre à l’école: https://en.m.wikipedia.org/wiki/Consumerism

Voilà, tout est dit dans cet article Wikipedia. la racine du problème: l’égoïsme élevé en vertue..

Voici quelques passages trouvés intéressants:

“a shift away from values of community, spirituality, and integrity, and toward competition, materialism and disconnection.”- Madeline Levine

“We don’t want to anger the gods” … “We don’t want to upset the global economy”

(Un ordre social et économique.. le dogme de la consommation et l’argent comme Dieu universel. Homo Deus de Yuval Noah Harari possède un chapitre intéressant sur le sujet)

(Planned obsolescence, advertising, mind control, overproduction, commodity self, product placement… we are endlessly ecouraged to seek and purchase new products and travels to make us experience authenticity, discover our true unique selves. The joke is on us… #fabricated identities)

“The activities and spending habits of this leisure class in terms of conspicuous and vicarious consumption and waste. Both are related to the display of status and not to functionality or usefulness.”
– The Theory of the Leisure Class (1899)By Thorstein Veblen

…a consumer culture based on therapeutic entertainments, home-ownership and debt…

…the new status of goods as status symbols, related to changes in fashion and to be desired for aesthetic appeal, as opposed to just their utility…

…the not-so-wealthy consumers can “purchase something new that will speak of their place in the tradition of affluence”. A consumer can have the instant gratification of purchasing an expensive item to improve social status…

…the success of the consumerist cultural ideology can be witnessed all around the world. People rush to the mall to buy products and end up spending money with their credit cards, thus locking themselves into the financial system of capitalist globalization…

“the way to break the vicious deadlock of a low standard of living is to spend freely, and even waste creatively” – Christine Frederick (1929)

“Basically, the economic system does not work when it comes to protecting environmental resources, and the political system does not work when it comes to correcting the economic system”.- James Gustave Speth

“The endless variation of clothing, travel, and entertainment provided opportunity for practically everyone to find a personal niche, no matter their race, age, gender or class.”- Gary Cross

“We must shift America from a needs, to a desires culture. People must be trained to desire, to want new things even before the old had been entirely consumed. We must shape a new mentality in America. Man’s desires must overshadow his needs.” – Paul Mazur, Lehman Brothers (1927)

There’s A Staggering Conspiracy Behind The Rise Of Consumer Culture (Business Insider)https://www.google.com/…/birth-of-consumer-culture-2013…

About growth imperative: https://en.m.wikipedia.org/wiki/Growth_imperative

Et un extrait d’un livre qui m’a énormément marqué dans la dernière année:

In a simpler time, advertising merely called attention to the product and extolled its advantages. Now it manufactures a product of its own: the consumer, perpetually unsatisfied, restless, anxious, and bored. Advertising serves not so much to advertise products as to promote consumption as a way of life. It “educates” the masses into an unappeasable appetite not only for goods but for new experiences and personal fulfillment. It upholds consumption as the answer to the age-old discontents of loneliness, sickness, weariness, lack of sexual satisfaction; at the same time it creates new forms of discontent peculiar to the modern age. It plays seductively on the malaise of industrial civilization. Is your job boring and meaningless? Does it leave you with feelings of futility and fatigue? Is your life empty? Consumption promises to fill the aching void; hence the attempt to surround commodities with an aura of romance; with allusions to exotic places and vivid experiences; and with images of female breasts from which all blessings flow.

– The Culture of Narcissism, American Life in An Age of Diminishing Expectations. By Christopher Lasch (1979)

Excellente BD sur l’égoïsme et le néolibéralisme: https://www.babelio.com/…/Cunningham-Lere-de…/654396

Et l’un des meilleurs documentaires: https://youtu.be/eJ3RzGoQC4sThe Century of the Self (Adam Curtis)

C’est pas mélant, on se croirait dans le film Idiocracy ces temps ci.

Bonne chance pour le futur les amis ❤

À ne pas prendre sur un ton moralisateur, Dieu sait que j’en ai acheté des cossins. Je ne suis pas meilleur que les autres, juste un gars curieux d’en savoir plus.

#SellYourSoul#thedecline

Maison de mes oncles, François et Olivier, à St-Jean-sur-Richelieu. Circa 2013

Mind at Large

Je me suis intéressé ces derniers temps au bonheur: comment éviter la dépression et être toujours heureux? Après tout, n’est-ce pas la plus belle histoire: ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants…

J’ai appris qu’il est possible, tel un athlète ayant une diète pour son entraînement, d’avoir un régime afin de garder la bonne humeur, à base de sérotonine, endorphine et oxytocine.

S’il est possible de tricher un peu en manipulant son cerveau avec les drogues pour lui faire croire qu’il est heureux, il peut s’avérer complexe de maintenir un équilibre entre une malheureuse réalité et un bonheur illusoire.

Alors que je me questionnais sur comment fonctionne le cerveau, un ami m’a prêté un livre traitant du tantrisme et des Chakras. Il semble à mon avis y avoir plusieurs rapprochements à faire entre la science moderne et les anciennes connaissances Indiennes. D’un coté, Amrita, Shakti, Kundalini. D’un autre, la neurogenèse, la fente synaptique, les ondes cérébrales…

C’est fascinant de voir que tout paraît connecté: du microscopique au cosmique, les molécules comme les astres sont soumis aux règles mystérieuses régissants notre univers. La gravité, l’électromagnétisme, et cette dualité qui semble animer notre monde .ie soleil/lune, homme/femme, positif/negatif…

Quel peut bien être le dessein cosmique? Et qu’en est-il de notre relation avec le plaisir et la douleur? Paradis et Enfer sont ici sur Terre, et comme l’écrivait Aldous Huxley en 1954 dans son livre The Doors of Perception:

“In the final stage of egolessness there is an ‘obscure knowledge’ that All is in all—that All is actually each. This is as near, I take it, as a finite mind can ever come to ‘perceiving everything that is happening everywhere in the universe.”‘

Chutes de la Rivière St-Louis, Beauharnois. Été 2020

Carapace

Voici quelque chose que je gardais jusqu’à présent pour moi, mais je trouve bénéfique (presque thérapeutique) de mettre ses pensées par écrit: ça permet de mieux organiser les idées et de faire du ménage dans la tête.

Alors pour commencer, ce sentiment depuis l’enfance d’être étrange et différent des autres enfants. Peut-être vivons-nous tous cette expérience, je ne sais pas. Je préférais la plupart du temps rester seul dans mon coin, à rêvasser en observant le monde autour de moi.

En grandissant j’ai découvert les livres, puis les jeux vidéo, et pour m’évader de la réalité, j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire, la géographie, les arts et tout ce qui venait d’ailleurs…

Je me suis tranquillement construit un personnage, une sorte de masque, en guise de protection pour qu’on me laisse en paix, car vers 12 ans je passais mes temps-libres à lire des livres dont vous êtes le héro et à faire moquer de moi à l’école.

Et puis vers 13-14 ans comme plusieurs j’ai découvert les musiques subversives que sont le rock, le rap, l’électronique, le punk, etc.

Ensuite il y eu les drogues, les fêtes, les filles. Des années tumultueuses, marquées par les échecs et les misères. Mes parents étaient en processus de séparation, et j’ai fini par décrocher des études pour travailler dans une usine. J’ai eu mon premier apartement à Longueuil avec Marjolaine, c’était l’été de 2005 et nous vivions comme des rock stars…

L’argent aussitôt récolté (je faisais jusqu’à 1000$ net par semaine à travailler 60h), aussitôt dépensé dans les bars, drogues, malbouffe et albums de musique metal.

Je ne lisais plus à cette époque, occupé à travailler ou tripper avec mes amis. Je dessinais beaucoup, des trucs très nerveux faits sous speed au milieu de la nuit, dans mon carnet chinois en fumant des clopes.

Finalement, à la fin de l’été 2005 je déménageais à Beijing rejoindre mon père et mon oncle. Cela permit d’arrêter la drogue (à l’exception du hashish), par contre l’alcool coulait à profusion, et pour un jeune de 17 ans sans supervision, c’était le scénario idéal pour une tempête parfaite.

Avec cet infâme alcool de riz et les soirées all you can drink à 100 yuan, Dieu sait que j’en ai viré des mauvaises cuites dans cette ville gigantesque, et que j’en ai remplies des chiottes de vomi.

Les années ont laissées place à l’université, puis à des emplois en graphisme et photographie. Pour résumer cette période qui s’étend de 2006 à environ 2012, faire la fête fut mon activité principale.

Au travers de toutes ces soirées passées à m’encanailler, je commençais à comprendre qu’il me faudrait tôt ou tard envisager de changer de mode de vie, histoire de préserver ma santé et mes finances de ma décadence acharnée.

En 2012, alors que j’habitais Hong Kong, j’arrêta d’un coup les bars et les bordels, la tequila, les cigarettes et le McDonald’s. Je me fit de nouveaux amis chrétiens, me mis au yoga, à la course, à la nage, au gym. Je mangeais principalement du saumon, des pétoncles, des épinards et des brocolis. J’avais tellement d’énergie, j’arrivais au bureau avant même que ça soit ouvert.

Puis à l’automne 2012, blasé par ma vie de bourgeois, je quittais l’Asie pour Montréal dans le but de démarrer un studio de photographie et poursuivre la pratique des arts visuels. Cette entreprise ne fut pas un succès commercial: manque d’espace, d’argent, de connaissances…

Je fini donc par me résigner à travailler dans des galeries d’art, imprimeries, agences de photo. J’ai fini par manquer d’argent et survivre en faisant des petits contrats de graphisme, puis j’ai dû me mettre sur l’aide sociale pendant quelques mois.

Après avoir touché le fond du baril de la vie d’artiste, je suis tombé sur un job de vendeur de chaussures pour John Fluevog en 2015. J’étais rendu à ce point très individualiste, extrêmement aigri par mon expérience sur le bien-être social et la précarité financière.

Le regard des gens me méprisant, moi et mes guenilles, à vivre à leur crochet comme un parasite, déclencha en moi un changement de cap radical. La simple légèreté de l’être ne suffirait pas pour survivre dans ce monde cruel, et personne n’allait vouloir d’un gars pauvre et moche comme moi.

Dans cet état d’esprit mercenaire qui était désormais le mien, je repris ce masque que j’avais trainé avec moi en Chine pendant toutes ces années, et qui me permettais de me cacher sous une construction sociale, standardisée pour répondre aux éxigences de l’homme corporatif moderne.

Ce masque devint au fil du temps une carapace: un moi social, dominant et prêt à attaquer (le lézard), protégeant le moi secret, timide et insécure (le primate). Ce moi-lézard, vengeur et affamé d’argent, me procura de bons chèques de paie au prix d’une dégradation de mes relations humaines (désolé les amis). Plus je devenais riche, plus je m’isolais dans la bulle de confort que je m’étais construite.

Rendu à l’automne 2019, ma transformation en homme gris était complète. Omnibulé par l’argent, j’étais devenu extrêmement matérialiste, soumis au Dieu de l’avarice et évaluant ma valeur sur cette Terre en dollars.

Quelques petits moments de lucidité me firent comprendre que j’étais devenu une personne qui me déplaisait énormément. Je me percevais comme étant similaire à Ebenezer Scrooge…

Certes, je pouvais acheter tout ce qui me plaisait (surtout du beau linge et du resto), mais la vie se résume-t-elle seulement à travailler pour consommer?

Je commença donc un nouveau chapitre de ma vie, visant à construire autre chose qu’un gros compte de banque. Il me fallut débuter par étudier la nature des désirs et du bonheur. Je remis mon corps décrépi en forme et fit beaucoup de lecture afin de comprendre la déprime associée à la vieillesse et la décroissance.

J’y ai appris à travers ces lectures que le cerveau est un truc très puissant, qu’il faut entretenir un peu comme une plante, en lui donnant beaucoup d’eau, de la lumière et des nutriments. Débuta alors une quête de reconfiguration de la plasticité de mon cerveau, à base d’exercice physique, bonne alimentation et beaucoup de lecture (au risque de me répéter, mais la lecture et l’aérobie sont les fondations de la neurogenèse). Garder son corps et ses méninges actifs, rien de nouveau: Mens sana in corpore sano.

Il m’aura finalement prit plus de 20 ans de questionnements, de recherches, d’erreurs, de rencontres et de drogues psychédéliques pour apprendre à me connaître, à m’accepter, puis à m’aimer avant d’être enfin capable de laisser tomber le masque, déposer le bouclier et être prêt à me tourner vers les autres et donner de l’amour, de l’écoute et du partage. À 33 ans, je me sens renaître et remercie mes démons pour m’avoir fait grandir.

Pendant trop longtemps j’ai eu peur. Je me sens désormais plus vivant que jamais, maintenant que j’apprend à apprivoiser ma peur, à reconnaître son importance.

Notre bonheur est intrinsèquement lié à notre peur par l’adrénaline, la dopamine et la sérotonine dans notre intestin. Si les papillons et le bonheur résultants après un rendez-vous amoureux nous font sentir si vivant, c’est la programmation de notre évolution. La peur, le plaisir et la reproduction sont les impératifs biologiques qui assurent notre survie.

Alors oui, le danger est bon, jusqu’à ce qu’il ne le soit plus, car la ligne entre la vie et la mort est fine. C’est notre finalité de vivre le plus dangeureusement possible, tout en restant en vie le plus longtemps possible. Je n’ai plus peur, car j’ai compris que la peur, c’est la vie.

Vous l’aurez peut-être deviné, mes tatouages sont le symbole de ma carapace et de l’âme fragile que j’ai tâché de protéger de mes peurs. Surtout ma peur d’aimer, et de perdre les gens que j’aime.

Auto-portrait. Été 2020

Le Peintre de la vie moderne

« Le Peintre de la vie moderne », par Charles Baudelaire (1863)

« Observateur, flâneur, philosophe, appelez-le comme vous voudrez ; mais vous serez certainement amené, pour caractériser cet artiste5 à le gratifier d’une épithète que vous ne sauriez appliquer au peintre des choses éternelles, ou du moins plus durables, des choses héroïques ou religieuses. Quelquefois il est poète ; plus souvent il se rapproche du romancier ou du moraliste ; il est le peintre de la circonstance et de tout ce qu’elle suggère d’éternel. Chaque pays, pour son plaisir et pour sa gloire, a possédé quelques-uns de ces hommes-là. Dans notre époque actuelle, à Daumier et à Gavarni, les premiers noms qui se présentent à la mémoire, on peut ajouter Devéria, Maurin, Numa, historiens des grâces interlopes de la Restauration, Wattier, Tassaert, Eugène Lami, celui-là presque anglais à force d’amour pour les élégances aristocratiques, et même Trimolet et Traviès, ces chroniqueurs de la pauvreté et de la petite vie. »

— II – Le croquis de mœurs

« Pour le parfait flâneur, pour l’observateur passionné, c’est une immense jouissance que d’élire domicile dans le nombre, dans l’ondoyant, dans le mouvement, dans le fugitif et l’infini. Être hors de chez soi, et pourtant se sentir partout chez soi ; voir le monde, être au centre du monde et rester caché au monde, tels sont quelques-uns des moindres plaisirs de ces esprits indépendants, passionnés, impartiaux, que la langue ne peut que maladroitement définir. L’observateur est un prince qui jouit partout de son incognito. L’amateur de la vie fait du monde sa famille, comme l’amateur du beau sexe compose sa famille de toutes les beautés trouvées, trouvables et introuvables ; comme l’amateur de tableaux vit dans une société enchantée de rêves peints sur toile. Ainsi l’amoureux de la vie universelle entre dans la foule comme dans un immense réservoir d’électricité. On peut aussi le comparer, lui, à un miroir aussi immense que cette foule ; à un kaléidoscope doué de conscience, qui, à chacun de ses mouvements, représente la vie multiple et la grâce mouvante de tous les éléments de la vie. C’est un moi insatiable du non-moi, qui, à chaque instant, le rend et l’exprime en images plus vivantes que la vie elle-même, toujours instable et fugitive. »

— III – L’artiste, homme du monde, homme des foules et enfant

« Ainsi il va, il court, il cherche. Que cherche-t-il ? A coup sûr, cet homme, tel que je l’ai dépeint, ce solitaire doué d’une imagination active, toujours voyageant à travers le grand désert d’hommes, a un but plus élevé que celui d’un pur flâneur, un but plus général, autre que le plaisir fugitif de la circonstance. Il cherche ce quelque chose qu’on nous permettra d’appeler la modernité ; car il ne se présente pas de meilleur mot pour exprimer l’idée en question. Il s’agit, pour lui, de dégager de la mode ce qu’elle peut contenir de poétique dans l’historique, de tirer l’éternel du transitoire. »

— IV – La modernité

Quelque part en Asie. Circa 2011

La Drogue

Quand on y pense, la drogue est partout dans la vie de tout les jours: des drogues pour s’activer, d’autres pour se relaxer, etc.

Quand on a un soucis, on va à la pharmacie (drugstore) et on achète des tylenols, des aspirins, etc. Et lorsqu’on a le mal de vivre, on prend quoi pour se soigner? Les antidépresseurs sont monnaie courante de nos jours…

Alors que je sondais mon âme afin de trouver ce qui clochais, la photographie s’est révélée être un exutoire et plusieurs images témoignent aujourd’hui de cette période trouble.

Je me suis retrouvé à errer plusieurs après-midi autour de Verdun, des quartiers industriels et du chantier du nouveau pont Champlain.

Je crois que j’avais besoin de passer par cette expérience, de vivre ces émotions que sont la peur, l’agoisse d’être malade, pauvre, triste et seul.

La drogue que les gens prennent, c’est souvent pour essayer de se soigner d’une névrose, d’un mal de vivre. Comme aller à la pharmacie pour un gros mal de tête…

Pour certain, la douleur persiste pendant des années, et il y besoin constant d’utiliser la médication.

La plupart des gens finissent par se soigner je crois, et gardent des souvenirs loufoques et d’autres moins drôles. Il y a un prix à payer pour tout dans la vie, et la drogue ce n’est pas toujours rose, c’est plus souvent noir en fait.

Ville de Québec. Circa 2014

Les Névroses de l’Âme

Les névroses, ces maladies nerveuses, sont le prix que nous devons payer pour nos vies modernes, conditionnées par le stress et l’angoisse. Ces névroses se doivent d’être sublimées sur une base régulière, sinon la pression accumulée peut se muter en psychose.

Mais qu’est-ce donc que la sublimation des névroses? C’est simplement l’élimination du stress amassé en nous. Chacun trouve sa façon de relaxer: pour certains, il s’agit du yoga et de la méditation, pour d’autres, du sport, du sexe, de la course à pieds, de la drogue.

Il arrive parfois que le rythme incessant de notre routine nous empêche de prendre ce petit moment pour souffler, ce qui entraîne encore plus de stress, de mal de dos, de dépression. Le cycle peut ainsi durer pendant des années.

Je m’intéresse à tout ça, car je suis parmi les personnes les plus névrosées que je connaisse. J’aimerais parvenir à me soigner, à débloquer mes chakras.

Dans le monde d’aujourd’hui, les parents travaillent souvent trop, plutôt que de donner l’amour et le temps nécessaire au bon développement des enfants. Ce manque d’amour est par la suite intégré par l’enfant, qui se retourne sur lui-même. Et comme les plantes qui survivent à moitié sans eau et sans soleil, les enfants sans amour poussent tout croche, avec des comportements reliés à l’autisme et à la schizophrénie.

Il est dit à propos des gens schizophrènes et autistes, qu’ils sont souvent extrêmement performants en arts, en affaires, etc. Ceci serait dû au fait qu’ils recherchent constamment l’amour dans les yeux de leurs parents, puis l’approbation de la tribu, lorsque cet amour ne peut être trouvé au sein de la cellule familiale.

Parfois, des générations névrosés peuvent se succéder, car un père ou une mère n’ayant pas reçu d’affection risque de répéter le même scénario, inculquant à ses enfants des valeurs telles que l’individualisme et le matérialisme, plutôt que l’amour et la famille.

Voilà la perfection du yin et yang, et de son dessein cosmique: le monde a besoin de ces âmes torturées, et comme il est difficile d’imaginer un cerveau composé d’un seul hémisphère, il est d’autant compliqué d’imaginer une société composé exclusivement de gens de gauche ou de droite.

Vivants aujourd’hui sous le règne du néolibéralisme, et de sa loi du dollar, il peut s’avérer ardu pour les artistes cherchant leur salut à travers leurs oeuvres. Car comment concilier un art viscéral, ce miroir de la vie, avec sa finalité en tant que produit de consommation: d’être validé selon sa viabilité commerciale.

Combien d’artistes névrosés (ou scientifiques, sportifs, ou entrepreneurs) ont souhaités voir l’approbation dans les yeux du géniteur? Je crois au final que cette mécanique cosmique est ce qui régule nos rapports avec les forces composantes de notre univers: la compétition, la survie, le dépassement de soi.

Serait-ce possible qu’il soit inscrit dans notre code génétique qu’un fils doit être en compétition avec son père pour plaire à sa mère, et idem pour une fille avec sa mère, pour l’amour de son père? Les voies célestes sont impénétrables, et ce rapport de forces doubles est extrêmement fascinant: soleil/trou noir, homme/femme, jour/nuit, père/mère, jeune/vieux, positif/négatif, chaud/froid, inhalation/expiration, haut/bas, devant/derrière, fort/doux, etc.

Quel est donc la finalité, la motivation de cette électricité venant des profondeurs de l’espace? Elle qui anime notre système nerveux, pour le motiver à se dépasser, à survivre.

Quel code mystérieux peut bien être inscrit dans notre ADN? Cette connection avec nos parents et nos enfants, la naissance et la mort.

Serait-ce possible que l’univers ait gravé la programmation suivante dans notre code génétique? Que nos relations avec nos parents se doivent d’être tumultueuses, afin de nous pousser à grandir, pour réaliser les deux impératifs biologiques auxquels toute forme de vie est soumise, c’est-à-dire la survie et la reproduction.

Pour finir, je crois que si la nature est cruelle, elle est aussi bien faite. Parents et enfants obéissent tous à un ordre divin, la question est de savoir quel est le but de la vie. Est-ce que l’univers est régit par un architecte céleste? À voir les dimensions de l’univers, il ne fait aucun doute que la vie existe ailleurs dans le cosmos. En croire autrement serait aussi présomptueux que de croire que le soleil tourne autour de la terre.

Alors je crois que ce deuxième confinement est le moment idéal pour CONNECTER avec les choses essentielles pour notre bien-être et notre survie: l’amour, la passion, la bonté, la patience, le respect.

En vieillissant, je réalise que mieux vaut répudier les sept péchés capitaux, et de plutôt célébrer les sept vertus par notre excellence morale.

Mieux vaut semer les efforts et récolter le bonheur, plutôt que de vivre comme des dégénérés, à la recherche constante de plaisirs fuyants, se dissipant toujours plus à mesure qu’on les consomme.

L’orgueil
L’avarice
La luxure
L’envie
La gourmandise
La colère
La paresse

La foi
L’espérance
La charité
La justice
La prudence
La tempérance
Le courage

Prenez soin de vous, de vos parents, et de vos enfants. ❤️

“The development of virtue has a historical association as a alchemical process, wherein the internal virtues that we associate with the mind are integratively understood as the minerals that give us also the healthy biological structure of our bodies and externally the planet as a whole.” -Wikipedia

Parc du Mont-Royal. Automne 2019

Right Where It Belongs

See the animal in his cage that you built
Are you sure what side you’re on?
Better not look him too closely in the eye
Are you sure what side of the glass you are on?
See the safety of the life you have built
Everything where it belongs
Feel the hollowness inside of your heart
And it’s all
Right where it belongs

What if everything around you
Isn’t quite as it seems?
What if all the world you think you know
Is an elaborate dream?
And if you look at your reflection
Is it all you want it to be?
What if you could look right through the cracks?
Would you find yourself
Find yourself afraid to see?

What if all the world’s inside of your head
Just creations of your own?
Your devils and your gods
All the living and the dead
And you’re really all alone?
You can live in this illusion
You can choose to believe
You keep looking but you can’t find the woods
While you’re hiding in the trees

Nine Inch Nails
Right Where It Belongs (2005)